Voyage à vélo au bout du monde

Archives de avril, 2012

Thessalonique

Un petit article rapidos.

On est arrives donc Jeudi midi a Thessalonique. On se pose au centre ville qui donne sur la mer pour attendre notre contact. Et la, on retrouve les 3 Cyclos Grenoblois ! Ca ne nous surprend presque plus ! On les avait laisses sur les cotes croates, et les revoilas, ils etaient arrives le matin. Belles retrouvailles. Le lendemain ce sont Alice et Andrea qui sont arrives ! Nous voila une belle petite bande de 7 Cyclos a nouveau. Avec les Grenoblois on se pose souvent en ville pour jouer de la musique, l’ambiance est toujours bonne.

Ensuite notre contact, un ami de la mere d’Elie nous a accueilli et loge dans son appartement. C’est un Universitaire, professeur de Grec et linguiste, qui jongle entre l’universite en grece, en France, et ses activites avec le consulat. Il nous a fait decouvrir la ville, merci a lui !

Bon Elie a eu un souci il a du retourner en France dire un dernier au-revoir a sa grand mere. Mais le voyage continue ! Et on le retrouvera a Istanbul. Avec Sylvain nous repartons demain.

Et donc pendant ces 4 jours de vraie pause, je retrouve une petite vie de citadin, je me ballade a droite a gauche faire ce que j’ai cale dans la todolist de mon Iphone, je remarche dans les rues de la ville avec mes ecouteurs, on mange des grecs au coin d une rue etc …

Et … je me suis achete une guitare finalement ! Il y a plus qu a lui trouver une petite place sur le Velo et voila un beau compagnon de voyage ! Et j’ai la ferme intention de faire progresser Sylvain en Guitare, vous savez comme j’aime enseigner et ce petit bonhomme a de bonnes predispositions musicales, et j’ai l impression une bonne motivation. De plus avec l’harmonica qu il apprend seul, on va pouvoir rigoler un peu !

Cet apres midi on a debute les demarches internet pour les demandes de Visas Iraniens, et on reprend la route demain, direction Istanbul tous frais tous reposes. On retrouvera surement en route les grenoblois.

Publicités

12 – 19 Avril – De la mer Adriatique a la mer Egee – histoires Albanaises

Nouvel Article !

Me voila rendu a Thessalonique avec Sylvain. j avais ecrit mon dernier article a Lezhe, en Albanie, sur la cote Adriatique. Nous avons roule ces 8 derniers jours pour rejoindre Thessalonique, sa mer Egee, en passant par la Macedoine. Voyez la carte « trajet temps reel » mise a jour.

Split de l’Equipe

Alors bon, on est arrives a 4 a Sarajevo, et on arrive a deux a Thessalonique. Il s’est passe un petit truc entre temps non ? Rouler a 4, meme 5, pendant plusieurs mois, avec objectifs de voyage, c’est visiblement impossible, personne ne fait finalement le voyage qu’il souhaite. Evidemment quand on a l’intention d’atteindre la chine en 6 mois, il faut oublier certains detours tentants, et se donner des objectifs de temps qui sont differents lorsque le bout du voyage est Istanbul. Pour moi Istanbul est la fin de la premiere partie du voyage, tout reste a decouvrir derriere ! Alors Alice a choisi de rouler avec Andrea, qui nous attendait a Sarajevo, Elie a voulu tenter l’aventure en Solo sur deux semaines pour la vivre pleinement, et moi et Sylvain voulons rouler ensemble. Nous sommes quand meme partis a 4 de Sarajevo Sylvain, Alice Andrea et moi, avec l’intention de se separer au bout de qq jours pour aller chacun a son rythme. Nous sommes restes un peu plus longtemps que prevus tous les quatre mais nous sommes finalement separes en Albanie, pour se retrouver a Thessalonique.

Albanie -Belles histoires d’hospitalites

Alors, comment mieux vous decrire l’Albanie que dans les recits d’Alice ? C’est un bonheur a lire ici, encouragez la. Ca raconte notre entree en Albanie et nos premieres impressions. Apres Lezhe, on prend a l’Est, on replonge dans les montagnes. Evidemment il pleut toujours. Pas un jour sans pluie depuis qu’on est partis de Sarajevo. Alors c’est pas des trombes toute la journee mais tout est toujours humide, pas moyen de faire secher mes affaires qui moisissent dans un sac, et on ose pas camper dans la boue. Du coup on cherche l’hospitalite dans ces montagnes Albanaises, et on est encourages par la spontaneite, l’avenance, la curiosite des Albanais qu’on a rencontres jusque la. (Un bonhomme nous avait paye des coups a Lezhe, puis il nous a rempli une bonne bouteille de Raki qu’il nous a offerte. Cool la liqueur de chartreuse commencait a manquer). Alors ce soir la on s’arrete au bout d’une belle cote (photo d’Alice et Andrea qui arrivent a Velo). On fait comprendre a des jeunes qui passent par la qu on cherche a planter la tente qqpart. L’un d’eux appelle un pretre de son portable, ce dernier s’amene en voiture et nous avons passe la nuit au sec dans son sous sol sur des matelas, mmhhh des matelas. Merci a lui (sur les photos c est le mec avec le bouc).

Le lendemain, nous repartons entre deux gouttes de pluie sur la route de campagne (toujours defoncee et alimentee de nids de poule, que dis-je, des nids d’autruche au moins !). On fait 5 km. Sylvain et moi sommes devant. Au detour d’un virage, dans une cote, une grand mere et sa petite fille genre 4 ans, devant leur maison. Elle nous fait des gestes, des sourires, elle nous parle en Albanais et place ses deux mains sur sa joue = « venez dormir chez moi !  » Nous on est un peu abasourdis par cette scene, on sait pas quoi faire, et puis merde on a fait a peine 5 km ce matin ! Mais qui aurait passe son chemin devant ces deux la ? On fait un petit demi tour et on vient parler avec la grand mere, toujours tout sourire. On dit allez, Ok pour un cafe ! On arrive donc dans leur maison toute simple, 3 ou 4 pieces ou vit toute la famille, dont la principale est la cuisine puisqu’il s’y trouve le poele a bois, qui permet de chauffer et cuisiner. On rencontre le papa, la maman, le grand pere, le voisin, la petite fille blonde et sa petite soeur aveugle. Derriere il y a une grange, avec des moutons, des vaches, des poules. Les toilettes c’est un petit trou dans une salle collee a la grange, ou une poule couve sa dizaine de poussins.

On se sent tellement bien chez eux ! On a l impression de faire partie de la famille apres 30 mn. On communique par mimes, par intonnations, par onomatopees, et par les quelques mots d’Albanais que le pretre Italien de la veille nous a appris: « Bien, Tres Bien, Beau, Sante, Merci ». Tout cceci suffit pas mal a se comprendre. La decision etait evidente, on accepte de rester dormir, et mhhM encore des matelas pour dormir ! L’apres midi nous sommes alles avec Sylvain et Andrea a Burell, la ville la plus proche acheter a manger pour le soir pour tous, et du chocolat pour les petites filles.

Cette famille, et cette grand mere, nous ont donne de l’amour en barre ! Nous sommes repartis le lendemain gonfles d’energie positive. Par contre Alice ne se sent pas bien, alors que Sylvain et moi voulons tenir nos delais pour arriver a Istanbul avant la fin du mois. Comme nous etions partis a 4 de Sarajevo sans aucune obligation de rester tous les 4, et avec meme l’intention de se separer au bout de deux jours, nous n’avons pas eu de mal a nous dire au-revoir pour que chacun roule a son rythme, et avec de toute facon l’assurance de se retrouver avec environ deux jours de decalage a Thessalonique.

Alors on reprend donc la route a deux. On va beaucoup plus vite, pas en vitesse pure, mais moins on est, moins il y a a s attendre. On fait peu de pauses, on roule tant qu’on est chauds. Alors on fait facile nos 70 – 80 km avant 17h. Ce soir la a 10 km de la frontiere, donc toujours en Albanie, on cherche l’hospitalite dans un village. On demande si on peut planter la tente dans le jardin des gens, en esperant que ca se termine en une invitation chez eux. Ca a marche. On va encore dormir au sec sur des matelas ! Le gars nous fait boire un cafe, puis on passe au shooter geant de Raki. Un verre, deux verres, trois verres ! Je suis un peu fait. Le bonhomme aussi, il commence a parler tres fort et a repeter cent fois la meme chose en Albanais, « Pas de probleme pour dormir chez moi ! » Son voisin arrive prendre un verre. La situation s’envenimme, l’autre a du boire aussi. Et nous voila pris au beau milieu d’une querelle de voisinage, leurs femmes les separent car ils en venaient aux mains. Oups. Un sentiment d’insecurite s’empare de moi, mais au fond j’ai confiance en notre hote. Il nous fait comprendre qu on est en securite chez lui, et il nous mime (toujours bourre) qu’il sortira son fusil de dessous le canape si qqn vient nous deranger. Visiblement la querelle etait a notre sujet. Chacun rentre chez lui. Notre bonhomme se fait engueuler par sa femme. On ne comprend pas les mots mais on suppose qu’elle l’accuse d’avoir encore trop bu. Du coup le mec dort avec nous dans le salon ! Son fils de 8 ans semble habitue a ce comportement de son pere. Il est tellement gentil et serviable envers nous ce petit ! Il a rentre nos velos a l interieur parce qu on ne sait pas ce que l autre voisin bourre pourrait faire …

Bref, petite soiree pas tres reposante, mais nous dormons au sec dans un matelas, ces gens sont extremements hospitaliers (photo a trois). Le lendemain notre bonhomme a retrouve son calme et son silence. C’est lundi et il doit partir sur les routes des environs reparer des teles.

Macedoine – Grece

Les jours suivants, nous roulons a tres bon rythme a deux avec Sylvain. On passe la frontiere avec la Macedoine. Nous perdons ici notre statut de Star, les gens ne viennent plus nous aborder, il y a plus d attroupemnents autour de nous en ville. Les routes sont bonnes, on peut avancer. Ohrid, puis une nuit a Bitola, ou je fais changer mes plaquettes de freins usees. Le lendemain nous faisons une etape de 113 bornes, avec le vent dans le dos et 900 m de denivellee negatif pour rejoindre la plaine Grecque, et par de jolis paysages. Il pleut toujours, un peu moins.

On surveille toujours les chiens qui sont excites par ici. Dans une montee a 15%, une troupe d’une dizaine de chiens tente de nous prendre en chasse ! Ca aide a monter ! Je tente une nouvelle technique, je gueule de tous mes poumons ! Ca les a arretes. Ils etaient finalement pas si agressifs, je pense qu ils veulent simplement nous chasser. Mais ces enfoires attendent qu on passe devant eux, pour ensuite nous prendre en chasse !

Apres une derniere nuit que nous passons dans une batisse abandonnee le long de la route (photos), on arrive a Thessalonique ou nous sommes heberges par Stravos, un ami de la mere d’Elie.

 

Profitez des belles photos !


6-12 Avril – 3000 km – Montenegro, Albanie et chiens errants

Je suis parti le jeudi 16 fevrier de Paris. Voila bientot deux mois que le voyage a demarre. Mon compteur affiche 2994 km actuellement. La motivation est toujours bonne, il reste encore tellement de pays a decouvrir, meme si notre moyenne de frontieres a la semaine est actuellement a son comble ! Depuis mon dernier post, en Bosnie nous avons traverse en 3 jours le Montenegro, nous sommes en Albanie pour encore 2 jours, puis nous traverserons la macedoine encore en qq jours pour se retrouver en Grece. Mon Passeport s’alourdit.

Nous sommes donc partis de Sarajevo samedi dernier, sous un ciel gris et une pluie fine. Il y a Andrea, Alice, Sylvain et moi. Nous avons fait des petites separations temporaires pour les raisons que chacun avait envie de vivre son voyage a son rythme.  Nous nous perdons dans la campagne sans pouvoir trouver la route que nous visions. Nous avons comme point de repere l’aeroport qui ne doit pas etre bien loin. On questionne des passants qui pointent tous une direction en nous disant « Tunnel, Tunnel ». Enroulant on finit par comprendre: il s’agit du celebre Tunnel creuse sous l aeroport de Sarajevo pendant le siege, et qui a permis a la ville de tenir si longtemps ! Nous sommes passes devant la sortie du tunnel mais il etait ferme. Nous prenons la route que nous avons fini par retrouver, et on replonge dans les montagnes.

Le soir un aubergiste nous autorise avec joie a planter nos tentes dans son jardin. Ainsi on peut prendre qq bieres dans son auberge et se sentir tranquilles dans son jardin. Il est tres curieux et souriant, c’etait une belle rencontre. La nuit aurait ete presque bonne si le chien n’avait pas aboye une heure durant car des etrangers dormaient dans son jardin. La photo de la poule a ete prise ce matin la.

Le lendemain le temps ne s est pas ameliore. IL fait meme froid. Il neige. J’ai ressorti le bonnet, les gants. Je roule en short pour le pas tremper un pantalon inutilement. Oui mes amis, MON short, toujours ce meme short de bain rouge qui me sert toutes les saisons, a l’exterieur comme en interieur. Dire qu’il y a une semaine on se croyait en ete sur la cote croate. Mais peu importe, la route est encore magnifique, nous roulons  dans des series de petits ponts et tunnels qui nous font traverser une gorge dont la riviere est transparente. Ca me rappelle le Verdon. En fin d’apres midi nous passons la frontiere avec le Montenegro. Nous avons vite repere cette espece de salle des fetes faite de baches et tables en bois. Une rapide discussion avec un local est c’est ok, nous pouvons y passer la nuit ! C’est agreable d’avoir un toit quand il pleut et neige. Nous nous sommes fait une amie ce soir la, cette douce et gentille chienne !

C’est bien l’un des rares chiens qu’on aime bien ! Depuis notre entree en Bosnie nous nous sommes faits poursuivre plusieurs fois par des meutes de chiens errants. J’ai developpe une mefiance aux chiens quand je roule, un aboiement n’est pas un bon signe. La derniere fois, Sylvain etait 50m devant moi, nous passons dans un petit village au Montenegro. On entend des aboiements au loin, et le voila poursuivi par 3 chiens. Comme il a les ecouteurs il ne les a pas entendus et il se fait surprendre ! Ca fait pedaler plus vite ! Ayant vu cette scene de loin, je me suis arrete. Sylvain est passe. Je ramasse une bonne grosse pierre au bord de la route et la mets dans ma poche. Et GO ! Je pedale, je pedale. BIM, le premier chien arrive sur moi. Sans dire un mot je leve ma main tenant la pierre en l’air comme pret a lui jeter. Le chien se stoppe net a 5 m de moi. Un autre arrive et meme scenario. J ai l impression de tenir dans ma main une amulette enchantee, genre « seigneur des anneaux », qui retient les chiens a 5 m de moi. Ca m a bien mis en confiance, ils vont bien se tenir les chiens errants maintenant !

Nous avons passe hier la frontiere de l’Albanie. Les routes sont regulierement inachevees, on doit rouler dans le gravier, puis le bitume revient, on peut souffler. Ce pays est clairement plus pauvre que les precedents traverses. On sent la culture de la debrouille, ca me rappelle le Vietnam. Il y a peu de tourisme ici, nos passages en ville sont remarques, surtout sur nos velos charges, et avec mes sacs plastique « vieux campeur » verts qui sortent des chaussettes. Les gens viennent nous voir et on essaye de parler comme on peut (cf photo d andrea avec un albanais, ou nous avec les jeunes autour et la map). Il y a aussi une photo sympa avec les gosses qui nous ont aborde sur la route, prise par sylvain, sur son blog.

Nous sommes a Lezhe. Nous allons prendre vers l’Est voir ce que donnent les montagnes Albanaises, direction la Macedoine.

Sinon, j ai une grosse barbe. Je me leve tous les matins avec le dilemme de la raser ou non, c est dur. C est une question de semaines maintenant.

Merci de me lire, vous etes toujours plus nombreux, 860 clics samedi dernier, vous avez pete un record !


1-4 Avril – Fuck the past, Kiss the future

Poursuite de l’article precedent … Je suis toujours a Sarajevo, ou l’on fete aujourd’hui les 20 ans de l’independance de la Bosnie, et donc du debut de la guerre et du siege. Ca me fait du bien de decouvrir cette ville, qui pour moi representait jusque la un beau concert de U2 de 1997. C etait le premier groupe international a faire un concert apres la guerre, et evidemment Bono a dit « Fuck the Past, Kiss the Future ». Par ailleurs bono a la voix defoncee dans ce concert, peut etre a cause du froid et du mauvais temps montagnard, comme maintenant.

Apres Split nous avons file en Bosnie, pour rejoindre Sarajevo en 3 jours dont une derniere etape de plus de 100 km et 800m de denivelee.  Nous avons retrouve donc les montagnes, une carte postale sur chaque vallee, chaque plateau, et surtout, la simplicite d’une population. Les gens nous sourient, quand on est arretes ils viennent vers nous s ‘interesser a ce qu on fait, ils nous encouragent en voiture, meme si c’est plas tres malin de klaxonner au moment de nous croiser il faudrait le faire plus tot les petits lapins … On nous a paye un cafe etc … Alors tout ca nous met en confiance pour frapper aux portes des gens pour demander a poser la tente dans le jardin. Ils sont contents et souriants ! Alors on a pu prendre l apero avec une famille comme ca. https://picasaweb.google.com/lh/photo/6sUgTL0b9n6S1bkPAGaZk9MTjNZETYmyPJy0liipFm0?feat=embedwebsite (Photo du site d’Elie). Un autre soir c’est un solitaire moustachu qui s’amene pres de notre bivouac partager sa bouteille de Shnaps. Que demander de plus le soir ou on avait pas pris de vin pour l’apero ?

Voila, donc a la fois ce pays est plus accueillant, et a la fois on s’ouvre plus aux populations et on a moins de retenue a frapper aux portes. Cercle vertueux.

On est arrives pour deux jours de pause bien merites ici a Sarajevo donc. Prochaine etape, Thessalonique en traversant les Balkans.


26-31 /3 – Manger une Banane à Split

Le dimanche 1er avril nous quittions Split, ou j’avais mange une banane

Mais comment ai-je pu en arriver la ?

 

Cote Croate

Le 26 mars, notre groupe de 4 voyageurs quittait l’ile de KrK au nord de la croatie. Nous avons pris notre premier Ferry, pour l’ile de RaB. On vous a parle de plages paradisiaques en Croatie, d’eaux transparentes et de soleil ? C’etait sur l’ile de RaB ! Nous y avons Elu le meilleur Spot du voyage (voir photos).  Inoubliable bivouac sur une plage de sable de 20m de long entouree de rochers donnant sur cette eau toujours transparente. Alors on s est baignes, pour verifier qu’on etait pas encore en Aout.

Le lendemain nous avons rejoint la fameuse route qui longe la cote croate. Nous avons ainsi fait trois belles etapes a longer la mer, sans pouvoir y retrouver le spot de nos reves.  Zadar, puis Split. Il fait chaud la journee et pas trop froid la nuit. Le ciel bleu ne veut pas nous quitter. Nous avons ainsi passes ces 7 jours de cote a la belle sans monter les tentes.

Sur la route de Zadar nous avons rencontre nos premiers voyageurs a velo, deux filles  equipees comme nous. C etaient deux Suisses. Alors  on se fait coucou, on s’arrete, on discute. « Vous allez ou ? Vous venez d’ou ? En combien de temps ? VOus avez demarre quand ? Vous etes passes par ou ? Vous faites combien en moyenne par jour ? Ce sont les questions qu on se pose de voyageur a voyageur. Le temps d une pose de midi pour partager tout ca et on est repartis sur nos routes differentes, elles allaient a Sarajevo directement et nous passions par Split.

Deux jours plus tard, a Split. Il est 12h30 et nous venons d’atteindre le centre, apres la penible etape d’approche d’une grande ville. On se pose sur une place et on deballe les vivres. Notre groupe a besoin d’un nouveau souffle. Nous en avons parle la veille et nous nous plaignons d’avoir un peu trop ete dans notre bulle en mode Tele Realite cette derniere semaine, sans avoir trop fait de rencontres. Et c’est pourtant bien le but de tout voyageur.  C’est dans cette ambiance qu’un Francais nous aborde sur cette place. On echange sur le voyage, sur sa vie a Split etc… et on se donne rdv pour le soir. Puis … deux cyclotouristes, equipes comme nous arrivent sur cette meme place. Des Francais ! Dingue. Il s agit meme du mec qui a heberge Alice en france un mois plus tot. Alors toujours les memes questions, et le partage de nos voyages.  Ces deux la vont jusque la mongolie. Ils se sont mis en mode sportif pour tracer l’Europe, ils ne passeront donc pas la nuit a Split pour avancer. Bon, journee interessante de rencontre finallement ! Il est 14h et on descend pres de la cathedrale au lieu de rdv avec notre CouchSurfeurse. On descend a 6 avec les 2 francais. Et la, debarquent 3 Cyclotouristes. Francais ! Holy Shit ! Rencontre improbable. Nous voila 9 Cyclos et neuf velos de voyage a tous nous raconter nos histoires, nos trajets etc … ! Tout le monde va a Istanbul. Meme les suisses rencontrees deux jours plus tot. C est la saison des voyageurs a velo.

Nous avons donc passe cette petite journee a Split, la soiree avec les 3 grenoblois qui emportent avec eux des instruments de musique et jouent sur des places publiques.  Ca n a fait qu un tour dans ma tete: je dois me procurer une guitare de voyage. C est ma quete ultime, encore ici a Sarajevo. On a egalement partage une petite etape et un bivouac avec eux. Belle rencontre, on les reverra surement.

Puis j’ai mange une banane, et la boucle est bouclee.

Regalez vous avec les photos.