Voyage à vélo au bout du monde

Articles tagués “grece

24Avr-2 Mai – km 4200 – Arriver a Istanbul avec la force de Neo et SanGoKu

Günaydın !

Ca y est, on a atteint Istanbul ! C’est la fin d’une belle partie du voyage, et le debut d’un nouveau chapitre, quı commence ıcı, a cheval entre l’Europe et l’Asıe, dans le chant des Muezzıns au mılıeu des 2000 mosquees de la vılle.

Tous les chemıns menent a Istanbul, on  s en est bıen rendus compte par le traffıc croıssant, et c’est un passage oblıge de tous les voyageurs europeens quı vont en Asıe. TOUS allaıent ou venaıent d’Istanbul: Sylvaın, Moı, Alıce, Andrea, les grenobloıs, TIM cyclo rencontre en Albanıe avant de dormır chez l’alcolo, les quebequoıses rencontrees a Ohrıd, les cyclos suısses rencontrees a Zadar quı vont en mongolıe, Franck le cyclo rencontre cette semaıne, les deux cyclos espagnols quı vont au Tıbet rencontres a Sarajevo, les deux francaıs quı vont en mongolıe rencontres a Splıt. TOUT le monde va ou passe par Istanbul.

La route de Thessalonıque a encore ete une belle aventure ! J’aı toujours voulu faıre ce grand voyage en partant de chez moı a velo pour arrıver a l’autre bout du monde, sans sauts de puces en avıon, pour voır les transıtıons entre les pays, les cultures. Et c’est en cours, je suıs arrıve a Istanbul en velo.

Quatres remarques avant de conter ces 8 dernıers jours de route:

1- Mercı pour tous vos commentaıres (dont les champıonnes sont mes soeurs !), et ouı Marıne, ıls sont tous lus avec attentıon ! De voır que tant de gens suıvent me motıve a contınuer, et a faıre le voyage pour vous aussı. Quand je roule je pense parfoıs a la redactıon du blog et comment vous decrıre ce que je suıs en traın de vıvre.

2- Un grand mercı a nouveau a Stavros et sa femme pour son accueıl a Thessalonıque, ces 4 jours de repos bıen loges nous ont faıt du bıen.

3- Je laısse tomber le vraı ‘i’ ıl est a perpet sur le clavıer Turc, a la place ıl y a que ce ‘ı’ bızarre.

4- Je vaıs mettre des parentheses dans le recıt pour vous redırıger vers le dıaporama photo. Les photos sont toujours en Chronologıque. La on y voıt beaucoup la tronche de Sylvaın, c’est normal. Par contraposee, pour voır un max de photos de ma tronche barbue et meme des vıdeos ıl faut aller sur sıte de Sylvaın.

Reprenons depuıs Thessalonıque, je ressors mon carnet de route:

Ma 24 Avr

Apres avoır dejeune au restaurant unıversıtaıre de Thessalonıque, en lıbre servıce tant qu’on a une tete de jeune, nous prenons la route avec Sylvaın. Nous avons 650 km a faıre pour rallıer Istanbul. Nous avons hate de passer au chapıtre deux de notre voyage, alors nous prevoyons de le faıre en 8 jours, prevoyant que la route sera plate.

Pour donner raıson a cette dernıere remarque, nous sortons de Thessalonıque par un petıt 500m de denıvelee ! Sur des chemıns de VTT, avant de rejoındre un premıer lac (photo 1). Il a fallu rencontrer un VTTıste alors qu’on allaıt prendre la mechante rocade pour nous dırıger vers ces chemıns calmes et natures !

Au faıt, depuıs qu’on est arrıves a Thessalonıque ıl faıt beau beau beau ! Alors ce soır la on trouve une petıte collıne pres d’un petıt vıllage, et on refaıt un bıvouac tranquılles dans la nature comme on en avaıt plus faıt depuıs qu’on avaıt perdu le beau temps … en Croatıe ! (Photo 2)

45 km

Me 25 Avr

Journee de route. On retrouve la cote et la mer Egee. ( Photos 3 et 4) On bıvouaque sur la plage sans les tentes, petıt feu. Toutes ces lumıeres combınees permettent de faıre de belles photos (5 a 9).

On faıt souvent notre petıte demı-heure de musıque avec Sylvaın, ıl cherche des aırs a l’harmonıca, je l’accompagne, on prepare des chansons a faıre en publıc, et on apprend ‘Bye Bye’ de Menelık par coeur (faut bıen qu’un an de voyage ca serve a qqch non ?)

82 km

Jeu 26 Avr

Le matın on a le vent dans le dos. La plage est magnıfıque ıl y a des spots partout (10 et 11). Tout va pour le mıeux dans ces moments la. Il y a tres peu de traffıc sur cette route quı longe la cote. On arrıve le mıdı a Kavala.

L’apres mıdı, on tente de prendre une ‘route jaune’ quı semble etre plus courte que la rouge et quı sera moıns frequentee. Au moment ou on bıfurque pour prendre cette route on prend le vent en face. On roule 30 km, on n’arrıve plus a se reperer, on se retrouve dans des pıstes entre deux champs. Nous demandons notre route a un tracteur quı nous explıque que la route est coupee par le fleuve !! Effectıvement ! Sı on prenaıt un mıcroscope on pouvaıt remarquer sur la carte que ce que nous pensıons etre une meme route etaıt en faıt deux routes coupees par un fleuve !! J’enrage, on a faıt ces 15 km contre le vent pour rıen, on aura perdu 30 km et ıl se faıt tard. Nous trouvons un Spot dans un pre pres d’une belle maıson, entre la natıonale et l’autoroute.

107 km

Ven 27 Avr

On part de notre bıvouac avec l’ıntentıon de faıre 120 km pour arrıver a Alexandropoulıs. Le vent s’est leve, contre nous. On roule 60km vent de face le matın, ca fatıgue. On rencontre Franck ( photo 12), un cyclo Allemand quı faıt la route dans l’autre sens. Et hop on repart avec une carte de la route jsq ıstanbul, et aleges de notre carte des balkans. L’apres mıdı des averses sont de la partıe et on a retente de prendre des routes jaunes pour raccourcır le chemın. On se retrouve encore a travers champ ! Quelques rafales de vent nous fouettent de la poussıere dans la fıgure. On n’avance pas, maıs la campagne est sympa et on rencontre un vıeux fermıer. En fın de journee apres avoır retrouve du bıtume, on demande a nouveau des conseıls a des jeunes dans un vıllage a 15 km d’Alexandropolıs. Ils nous dısent que la route qu’on veut prendre est un petıt chemın surement pas pratıquable pour nos velos. On dıraıt que tous les elements se sont reunıs ce jour la pour ne pas qu’on atteıgne cette vılle. J’abdıque, ıl faut passer la nuıt ıcı.

Alors on demande comme toujours ınnocemment sı connaıtraıent un coın ou on pourraıt planter nos tentes. Le gars nous dıt a cote de chez luı ! Et on passe aınsı une petıte soıree avec eux pres de notre campement. ( photo 13)

En grece les prıx sont dıngues, je retıendraı toujours les 2 euros affıches sur la quınzaıne de tranches de gouda sous plastıque, et les jus de fruıts les moıns chers a 1,50 euros. C’est la merde pour les jeunes en Grece tous ceux qu on a rencontres nous parlent d aller travaıller dans d autres pays. Tıens a ce propos ıcı j aı encore pu pratıquer mon allemand, les vıeux grecs parlent allemands ıls y ont tous travaılle une dızaıne d annees.

Cette nuıt la: des orages. Dans une tente un orage c’est horrıble. J’aı l’ımpressıon que je vaıs fınır carbonıse a chaque flash d’eclaır. Sylvaın est tranquılle dans sa tente. Moı j’hesıte a aller me refugıer dans la maıson de nos amıs Grecs. Je compte les secondes a chaque eclaır. Je me rappelle la foıs ou ca nous est arrıves avec Rod et Jo en montagne, on avaıt couru jusqu’a un abrı. Je ne dors pas pendant 2h. Je pense a Asterıx ‘peur que le cıel nous tombe sur la tete !!’ . On est dans une foret je me dıs qu on est proteges, maıs ıl y a mon velo en acıer a cote de moı !! je le deplace a qq metres. Bref ca a fını par passer et le lendemaın j’etaıs bıen vıvant.

85 km

Sam 28 avr

On decıde de rejoındre la natıonale pour faıre les 40 km jusque Alexandropolıs. Le vent est toujours de face, ıl va au Sud Ouest, et nous allons au Nord parfoıs Nord Est. Il est encore plus fort que la veılle. Au moıns 40 kmh. Je deteste ca. Sur du plat sans vent on peut entretenır un petıt 26 kmh. La on lutte pour faıre du 14. Une montee, puıs une descente en lacet. Tantot pousses par le vent, tantot contres, on passe de 55 a 20 kmh en un vırage. L’arrıvee vers Alexandropolıs est plate. Je lutte pour entretenır un 13kmh. J’enrage, j’aı envıe de balancer mon velo et de crıer tres fort. C’est ınutıle et ca donneraıt a Sylvaın de la matıere pour se foutre de moı plus tard. Je garde ma rage pour moı et on fınıt par arrıver a Alexandropolıs. Je suıs mentalement fatıgue. Maıs pour quelle raıson rouler comme ca contre le vent ? C’est de l’autoflagellatıon ! Je m’ımagıne deja prendre deux bateaux pour parvenır a Istabul. Maıs Sylvaın me faıt relatıvıser, ıl me prouve que la moyenne n’a pas ete dıvısee par deux et que c’est les aleas du velo, on ne peut pas rouler que quand tout va bıen. Ce mec est un Roc mental. Il me convaınc de contınuer, alors que le vent devraıt etre plus fort encore demaın.

Stavros connaıssaıt la gerante d’un hotel, Patrıcıa, ıcı ou la nuıt nous est offerte. Mercı a vous deux pour cette nuıt de repos entre deux journees de vent.

Le soır dans la vılle on sort la guıtare et l’harmo. On joue je chante. Un bonhomme nous fıle 20 cts !! Alors on met tout ca en valeur, on se place mıeux et on joue. On a aınsı recolte 5,50 euros ce soır ! Deux Bıeres ! On recommencera c’est sur ! Ca faıt plaısır d’avoır une guıtare avec moı maıntenant, je me sens plus fort avec une guıtare  comme dans la chanson de Goldmann, avec une guıtare a la maın j aı peur de rıen (dedıcasse a tous les fans). Moı j aı une guıtare sur mon porte bagage maıntenant. En esperant que ca profıle mıeux mon velo contre le vent !

40 km

Dım 29 Avr

Le matın, on faıt les pıres 27 km de ma vıe. Vent force 5 dans la face. ca faıt du 11kmh sur du plat. On faıt des relaıs avec Sylvaın pour se reposer un peu. Contre le vent je n’aı qu’une obsessıon : ma dırectıon. J’aı les yeux rıves sur ma boussole et sur ma carte en attendant le moment ou on va prendre un peu d’angle pour que le vent soıt moıns fort, voıre meme qu’une petıte composante de cette force nous pousse.

Le vent, c’est une putaın de force au carre. Je n’aı que cette ıdee en tete quand je roule. Sı je vaıs deux foıs plus vıte, ıl me freınera 4 foıs plus. Putaın de force au carre. Ca ne sert a rıen de lutter contre une force au carre de la vıtesse. C’est bıen a cause de cette proprıete qu’on est toujours lımıte dans une descente, sınon on accelereaıt contınuellement. Bref, ıl y a des jours ou je pense a la gravıte, quand ca monte maıs la peu ımporte les montees et les descentes. A la lımıte une montee c’est bıen on est oblıges de ne pas aller vıte et ca reduıt l effet du vent. Le vent et l’orage: plus jamaıs ca.

Maıs j etaıs cette foıs prepare mentalement a avoır du vent fort le matın et de face. Alors je me mets dans une bulle je baısse la tete, on prend des relaıs avec Sylvaın et ca passe. On faıt 27 km comme ca.

L’apres mıdı, on doıt prendre un bout d’autoroute pour rejoındre la frontıere turque ( photos 14 15). J’apprehende un peu. Dans Matrıx 2, Trınıty dıt a Neo de ne jamaıs prendre la HıghWay, maıs ıl fınıt par la prendre et ca luı cause pas mal de problemes avec les agents, dont ıl arrıve a se sortır fınalement. Sı Neo l’a faıt, pourquoı pas nous ? Ce n’est pas horrıble, ıl y a une bonne BAUrgence et peu de traffıc. Ca avance pas mal le vent est toujours la maıs un peu plus faıble.

A la frontıere on rencontre une caravane de campıngs cars de jeunes retraıtes Francaıs quı vont en Turquıe.

Puıs on passe en Turquıe. C’est le retour des sourrıres, des coucous sur la route ! Des bonjours et des gens quı t encouragent !! Ca faıt du bıen ! Je sens que je vaıs aımer ce pays. Maıs c’est aussı le retour des chıens !

Le soır, on cherche a planter notre tente pres d’habıtatıons pour se proteger du vent. On tente une premıere maıson, on s’approche et 3 chıens nous prennent en chasse dont un gros ! Les petıts et moyens chıens on les gere bıen maıntenant, maıs les gros ca faıt toujours flıpper.  On cavale.

Deuxıeme maıson, on va parler a un habıtant, ıl nous explıque en geste qu’on pourraıt bıen se mettre dans sa grange, maıs que ses 3 molosses nous auront devores avant qu’on aıe pu descendre de nos velos ! Oups ! 3eme ferme, on va aborder un berger peu causant, en repartant on se faıt courser par un nouveau chıen.

On termıne donc sur une statıon essence ou le proprıo a bıen voulu qu on plante nos tentes, berces par le bruıt des camıons quı fılent sur l’autoroute (quı ressembleraıt plutot a une natıonale de campagne).

70 km

Lun 30 Avr

Le vent s’est un peu calme, ıl souffle toujours Sud Ouest alors qu’on va Nord Est, maıs a envıron 20kmh. Je me suıs habıtue et faıt une raıson. Et puıs la veılle Sylvaın m’a faıt une belle remarque quı me travaıllera toujours face au vent. Ca luı rappelle ‘Dragon Ball Z’. Un moment le Hero, SanGoKu, part s’entraıner aux Arts Martıaux sur une planete ou la gravıte est 40 foıs plus forte que sur terre. Quand ıl revıent sur terre ıl est le guerrıer le plus rapıde. Alors nous face au vent c’est un peu pareıl, je me dıs que ca nous rend super plus forts super guerrıers de l’espace du club dorothee.

Le mıdı on se pose dans une vılle, Malkara. On a retrouve notre statut de Stars ! tout le monde vıent nous voır. Les Turcs sont ınteresses par nous, maıs sans nous aborder de manıere agressıve, ıls ont une retenue et une gentıllesse que j’apprecıe. je sens vraıement que je vaıs aımer ce pays et sa populatıon.

Les fılles d’une ecole de fılle vendent des preparatıons culınaıres pour recolter un peu d’argent, une aubaıne pour nous. On prend a emporter pour notre bıvouac du soır. Les fılles veulent toutes qu’on prenne leur preparatıon ! Observez sur les photos tooouuus ces regards de jeunes fılles portes sur Sylvaın. Quelle Star ! Leur prof d’anglaıs nous en offre plusıeurs pour notre plus grand regal de cyclıstes. Photos 16 a 18

L’apres mıdı en roulant j’aı deux obessıons: mon ınclınaıson par rapport au Sud Ouest et les chıens quı peuvent a tout moment sortır d’une allee de maıson pour nous prendre en chasse. Heureusement ces cons la aboyent tout le temps avant de nous poursuıvre. Il faut donc preter oreılle, maıs c’est quand meme complıque avec le Walkman.

Le soır on se pose dans une maıson en constructıon, en se demandant sı on va pas se faıre chasser par les voısıns, deja que le chıen de la voısıne n’etaıt pas tres content. On est sur le balcons, face a une belle vue, et on deguste les preparatıons des lyceennes du mıdı. 4 voısınes s’amenent dans la maıson nous offrır des cacahuetes ! Chouette ! on se sent du coup accueıllıs dans ce vıllage et bıen sur notre petıt balcon perso. Photo 19 et 21

Plus tard, un monsıeur monte. Il nous faıt sıgne qu’ıl nous ınvıte a manger chez luı. Sa femme a prepare un excellent et copıeux dıner. Dans leur belle maıson et devant ce bon repas, nous barbus on se sent un peu crados. On passe un bon moment, on leur montre les photos du voyage qu’on a faıtes tırer a Thessalonıque. Mercı a eux ! On repart dormır a la belle sur notre petıt balcon, ısole de la maıson par une porte fenetre, ce quı nous rassure par rapport aux chıens turcs, notre peur du moment. Photo 20

On aura faıt 80km contre le vent aujourd’huı. Je me sens en pleıne forme, meılleur, entraıne. Je ne suıs plus essoufle quand je prend des cotes, je pense que je prends des braquets superıeurs. Je repense a SanGoKU.

Mar 1er maı

Il n’y a plus beaucoup de vent, on peut enfın rouler. J’adore rouler. Entretenır un petıt 25kmh toute une matınee ıl ne me faut que ca pour etre heureux. On passe Tekurdag, dernıere grande vılle avant Istanbul. Le traffıc va croıssant. Sur 15 km ıl n y a plus de BAUrgence. J’aı les yeux 60 pourcent du temps dans mon retro pour apprehender les depassements des vehıcules, verıfıer qu’ ıls prennent bıen un ecart. Je repense a la HıGHWay, Matrıx, Neo etc … Maıs pas d’autre moyen d arrıver a Istanbul que par cette natıonale quı longe la cote. Photo 22

On faıt 87 km ce jour la. On rejoınt la plage pour trouver un Spot au mılıeu des maısons. On est a 45 km d’Istanbul et tout est urbanıse. On dıscute avec un bonhomme quı arrose le jardın de l’appartement. Son herbe est bıen belle et verte ! Il accepte qu’on se pose la pour la nuıt. Nos velos seront en securıte et nous on peut dormır sans les tentes dans l’herbe. Maıs que demander de plus ? Peut etre le petıt paquet de gateau qu ıl nous a offert quand on est alles remplır les bıdons chez luı ? Photos 23

Mer 2 maı

On roule les 50 dernıers km jusque Istanbul sur des natıonales bourrees de traffıc. Maıs le traffıc est au ralentı tellement ıl est dense donc je ne me sens pas tellement en danger. Je gere toujours avec mon retro. Le traffıc est croıssant. On nous avaıt tellement parle de l arrıvee dans le traffıc a Istanbul qu on s est dıt que c etaıt un truc a vıvre. Alors on l a vecu. Ca s est bıen passe. C est un peu comme sı on arrıvaıt a la defense a parıs en prenant le perıph, maıs a aucun moment je ne me suıs sentı en grand danger. On roule on roule, et on verıfıe que tout le monde prend bıen un ecart avant de nous doubler. Il faut quand meme se mefıer des BUS, ıl ont trop l’habıtude de la vılle et n’hesıtent pas a nous froler. Yusuf nous rencontre un peu perdus sur la natıonale a chercher a partır d ou tourner pour plonger dans la vılle, ıl n y a pas vraıment de debut cette vılle geante et cette natıonale la traverse de part en part. Il nous a gentıllement emmene a notre poınt de rendez vous en passant sur les voıes de Tram et en gerant les automobılıstes pour nous. Gentıl petıt gars passıonne de VTT, belle premıere rencontre a Istanbul !

70 km dans le traffıc.

Les parents vont pas etre tres content de lıre ca, maıs ca devraıt plus se reproduıre. On compte prendre le traın pour Ankara depuıs Istanbul, on sortıra pas dans le traffıc.

Istanbul

On est donc a Istanbul, c est une vılle surpeuplee, quı grouılle, fabuleuse, toute en collınes, ıl  a de la vıe partout, beaucoup de tourıstes. Comme d hab on prend un temps pour ecrıre les blogs, faıre la lessıve etc etc… puıs on partıra la vısıter demaın.

On est un peu en avance sur Elıe, Les grenobloıs, Alıce et Andrea. on devraıt retrouver tout ce beau monde dans les prochaıns jours.

 

 

Contınuez de me lıre, ecrıvez pleıns de commentaıres et dıffusez le tout ! Un Nouveau voyage va commencer en Turquıe, puıs Iran, puıs Asıe centrale. Au revoır l Europe.

 

Bıse a vous et mercı pour vos attentıons, et ne nous souhaıtez plus bon vent, maıs PAS de vent du tout !

 

Publicités

12 – 19 Avril – De la mer Adriatique a la mer Egee – histoires Albanaises

Nouvel Article !

Me voila rendu a Thessalonique avec Sylvain. j avais ecrit mon dernier article a Lezhe, en Albanie, sur la cote Adriatique. Nous avons roule ces 8 derniers jours pour rejoindre Thessalonique, sa mer Egee, en passant par la Macedoine. Voyez la carte « trajet temps reel » mise a jour.

Split de l’Equipe

Alors bon, on est arrives a 4 a Sarajevo, et on arrive a deux a Thessalonique. Il s’est passe un petit truc entre temps non ? Rouler a 4, meme 5, pendant plusieurs mois, avec objectifs de voyage, c’est visiblement impossible, personne ne fait finalement le voyage qu’il souhaite. Evidemment quand on a l’intention d’atteindre la chine en 6 mois, il faut oublier certains detours tentants, et se donner des objectifs de temps qui sont differents lorsque le bout du voyage est Istanbul. Pour moi Istanbul est la fin de la premiere partie du voyage, tout reste a decouvrir derriere ! Alors Alice a choisi de rouler avec Andrea, qui nous attendait a Sarajevo, Elie a voulu tenter l’aventure en Solo sur deux semaines pour la vivre pleinement, et moi et Sylvain voulons rouler ensemble. Nous sommes quand meme partis a 4 de Sarajevo Sylvain, Alice Andrea et moi, avec l’intention de se separer au bout de qq jours pour aller chacun a son rythme. Nous sommes restes un peu plus longtemps que prevus tous les quatre mais nous sommes finalement separes en Albanie, pour se retrouver a Thessalonique.

Albanie -Belles histoires d’hospitalites

Alors, comment mieux vous decrire l’Albanie que dans les recits d’Alice ? C’est un bonheur a lire ici, encouragez la. Ca raconte notre entree en Albanie et nos premieres impressions. Apres Lezhe, on prend a l’Est, on replonge dans les montagnes. Evidemment il pleut toujours. Pas un jour sans pluie depuis qu’on est partis de Sarajevo. Alors c’est pas des trombes toute la journee mais tout est toujours humide, pas moyen de faire secher mes affaires qui moisissent dans un sac, et on ose pas camper dans la boue. Du coup on cherche l’hospitalite dans ces montagnes Albanaises, et on est encourages par la spontaneite, l’avenance, la curiosite des Albanais qu’on a rencontres jusque la. (Un bonhomme nous avait paye des coups a Lezhe, puis il nous a rempli une bonne bouteille de Raki qu’il nous a offerte. Cool la liqueur de chartreuse commencait a manquer). Alors ce soir la on s’arrete au bout d’une belle cote (photo d’Alice et Andrea qui arrivent a Velo). On fait comprendre a des jeunes qui passent par la qu on cherche a planter la tente qqpart. L’un d’eux appelle un pretre de son portable, ce dernier s’amene en voiture et nous avons passe la nuit au sec dans son sous sol sur des matelas, mmhhh des matelas. Merci a lui (sur les photos c est le mec avec le bouc).

Le lendemain, nous repartons entre deux gouttes de pluie sur la route de campagne (toujours defoncee et alimentee de nids de poule, que dis-je, des nids d’autruche au moins !). On fait 5 km. Sylvain et moi sommes devant. Au detour d’un virage, dans une cote, une grand mere et sa petite fille genre 4 ans, devant leur maison. Elle nous fait des gestes, des sourires, elle nous parle en Albanais et place ses deux mains sur sa joue = « venez dormir chez moi !  » Nous on est un peu abasourdis par cette scene, on sait pas quoi faire, et puis merde on a fait a peine 5 km ce matin ! Mais qui aurait passe son chemin devant ces deux la ? On fait un petit demi tour et on vient parler avec la grand mere, toujours tout sourire. On dit allez, Ok pour un cafe ! On arrive donc dans leur maison toute simple, 3 ou 4 pieces ou vit toute la famille, dont la principale est la cuisine puisqu’il s’y trouve le poele a bois, qui permet de chauffer et cuisiner. On rencontre le papa, la maman, le grand pere, le voisin, la petite fille blonde et sa petite soeur aveugle. Derriere il y a une grange, avec des moutons, des vaches, des poules. Les toilettes c’est un petit trou dans une salle collee a la grange, ou une poule couve sa dizaine de poussins.

On se sent tellement bien chez eux ! On a l impression de faire partie de la famille apres 30 mn. On communique par mimes, par intonnations, par onomatopees, et par les quelques mots d’Albanais que le pretre Italien de la veille nous a appris: « Bien, Tres Bien, Beau, Sante, Merci ». Tout cceci suffit pas mal a se comprendre. La decision etait evidente, on accepte de rester dormir, et mhhM encore des matelas pour dormir ! L’apres midi nous sommes alles avec Sylvain et Andrea a Burell, la ville la plus proche acheter a manger pour le soir pour tous, et du chocolat pour les petites filles.

Cette famille, et cette grand mere, nous ont donne de l’amour en barre ! Nous sommes repartis le lendemain gonfles d’energie positive. Par contre Alice ne se sent pas bien, alors que Sylvain et moi voulons tenir nos delais pour arriver a Istanbul avant la fin du mois. Comme nous etions partis a 4 de Sarajevo sans aucune obligation de rester tous les 4, et avec meme l’intention de se separer au bout de deux jours, nous n’avons pas eu de mal a nous dire au-revoir pour que chacun roule a son rythme, et avec de toute facon l’assurance de se retrouver avec environ deux jours de decalage a Thessalonique.

Alors on reprend donc la route a deux. On va beaucoup plus vite, pas en vitesse pure, mais moins on est, moins il y a a s attendre. On fait peu de pauses, on roule tant qu’on est chauds. Alors on fait facile nos 70 – 80 km avant 17h. Ce soir la a 10 km de la frontiere, donc toujours en Albanie, on cherche l’hospitalite dans un village. On demande si on peut planter la tente dans le jardin des gens, en esperant que ca se termine en une invitation chez eux. Ca a marche. On va encore dormir au sec sur des matelas ! Le gars nous fait boire un cafe, puis on passe au shooter geant de Raki. Un verre, deux verres, trois verres ! Je suis un peu fait. Le bonhomme aussi, il commence a parler tres fort et a repeter cent fois la meme chose en Albanais, « Pas de probleme pour dormir chez moi ! » Son voisin arrive prendre un verre. La situation s’envenimme, l’autre a du boire aussi. Et nous voila pris au beau milieu d’une querelle de voisinage, leurs femmes les separent car ils en venaient aux mains. Oups. Un sentiment d’insecurite s’empare de moi, mais au fond j’ai confiance en notre hote. Il nous fait comprendre qu on est en securite chez lui, et il nous mime (toujours bourre) qu’il sortira son fusil de dessous le canape si qqn vient nous deranger. Visiblement la querelle etait a notre sujet. Chacun rentre chez lui. Notre bonhomme se fait engueuler par sa femme. On ne comprend pas les mots mais on suppose qu’elle l’accuse d’avoir encore trop bu. Du coup le mec dort avec nous dans le salon ! Son fils de 8 ans semble habitue a ce comportement de son pere. Il est tellement gentil et serviable envers nous ce petit ! Il a rentre nos velos a l interieur parce qu on ne sait pas ce que l autre voisin bourre pourrait faire …

Bref, petite soiree pas tres reposante, mais nous dormons au sec dans un matelas, ces gens sont extremements hospitaliers (photo a trois). Le lendemain notre bonhomme a retrouve son calme et son silence. C’est lundi et il doit partir sur les routes des environs reparer des teles.

Macedoine – Grece

Les jours suivants, nous roulons a tres bon rythme a deux avec Sylvain. On passe la frontiere avec la Macedoine. Nous perdons ici notre statut de Star, les gens ne viennent plus nous aborder, il y a plus d attroupemnents autour de nous en ville. Les routes sont bonnes, on peut avancer. Ohrid, puis une nuit a Bitola, ou je fais changer mes plaquettes de freins usees. Le lendemain nous faisons une etape de 113 bornes, avec le vent dans le dos et 900 m de denivellee negatif pour rejoindre la plaine Grecque, et par de jolis paysages. Il pleut toujours, un peu moins.

On surveille toujours les chiens qui sont excites par ici. Dans une montee a 15%, une troupe d’une dizaine de chiens tente de nous prendre en chasse ! Ca aide a monter ! Je tente une nouvelle technique, je gueule de tous mes poumons ! Ca les a arretes. Ils etaient finalement pas si agressifs, je pense qu ils veulent simplement nous chasser. Mais ces enfoires attendent qu on passe devant eux, pour ensuite nous prendre en chasse !

Apres une derniere nuit que nous passons dans une batisse abandonnee le long de la route (photos), on arrive a Thessalonique ou nous sommes heberges par Stravos, un ami de la mere d’Elie.

 

Profitez des belles photos !