Voyage à vélo au bout du monde

Articles tagués “hospitalite

15.500 km – Australie – WE DID IT

Hello a tous !

Melbourne. Fin du voyage. Le bout du monde. On y est. 15.500 km de velo et quelques teleportations en bus, train et 1 avion. Des milliers de rencontres, des paysages, 20 pays et cultures differentes. « A lifetime trip » comme disent les anglosaxons. Nous sommes loges chez ma copine Morgane et ses deux colocs, prenons du repos, reprenons contact, et allons visiter les environs ce week end.

ididit

Est-ce reellement termine ? Eh bien non. La vie nomade, les rencontres, rouler, la vie simple, je ne veux pas m’arreter la et je prevois de continuer pour encore deux annees autour du monde …

… non je deconne ! J’ai envie de rentrer les gars !

Mais tout de meme, nos longues recherches de billet retour dans une bibliotheque de Sydney nous ont amene a prendre a nouveau une decision surprenante: retour Melbourne – Londres le 12. Puis resteront 3 jours de velo et un Ferry pour Sylvain rejoindre les siens a Lille, et moi vous a Paris. Retour progressif donc et une vraie arrivee en velo.

Je vous donne donc rendez-vous des maintenant, le 15 decembre, disons 16h30 avant la nuit, sur la place du trocadero, a Paris ! La ou tout a commence le 16 fevrier 10 mois auparavant.

4

Avant les articles d’epilogues, retour, conclusions et bilans que j’ecrirai pose dans une maison en region parisienne a ne rien faire pendant une semaine au moins, il me reste a vous ecrire un dernier article d’aventures loin de la France. 3 semaines d’aventures a velo en Australie. C’etait inattendu mais j’ai encore beaucoup appris et decouvert dans ce pays ou bien qu’a l’oppose du globe je me suis senti rapproche de la France.

On y va ? Les dernieres aventures d’un voyageur a velo !!! Au programme: la route en couple, la route seul, des retrouvailles avec Sylvain, des plages de reve, des hospitalites chaleureuses, une faune delirante, des forets interminables, 1.300 km, une chute digne du tour de France, ou comment j’ai appris a soigner des plaies tout seul a 27 ans.

– Sydney – Le Choc – 11-16 nov

– Plages de reve et voyage en couple – 17-24 nov

– Back on the road on my own – 25 nov – 1er dec

– Terminer le voyage tous les deux – 1er-4 dec

– Quelques Conclusions

– Bonus: impressions et photos de Christine ! (suite…)

Publicités

13.300 km – Thailande – Sea, Kem’s and Fun

Sawadi !

Bonjour a tous depuis le Sud de la Thailande, Pukhet. Arrives ici il y a deux jours apres une intense session de 10 jours de velo a plus de 100 km par jour, et deux nouveaux pays a notre actif. Assurement la session la plus rapide du voyage, pas de relief et vent dans le dos.

Plage

Plage

Alors pour faire la liaison avec l’article precedent: depuis la capitale du Laos Vientiane, nous avons roule 25km, et sommes entres, par un pont qui traverse le Mekong qui separe les deux pays, en Thailande. Toujours aucune embrouille a la frontiere, et nous ajoutons a notre passeport bien charge un (suite…)


Laos – 12.300 km -Les maitres du temps

Sabaidee,

Depuis Vientiane, capitale du Laos, et a 20 km de la frontiere Thailandaise. Derniers jours dans le 16eme pays visite du voyage. Depuis Louang Prabang, dernier article, nous avons fait une derniere session de 5 jours. Nous sommes a un nouveau tournant du voyage. La fin en plein dans notre ligne de mire: l’Australie.

Sortie d'ecole au Laos - Croisement de cyclistes

Sortie d’ecole au Laos – Croisement de cyclistes

Je l’ai deja dit avant la Chine, c’est chouette de pas savoir ou on va, d’avoir qu’une idee vague en disant a nos rencontres « On sait pas, on va aller en Australie mais avant tout est encore possible, Thailande, Singapour, Indonesie ? » C’est cool, ca fait bien, ca fait voyageur libre et insouciant … Mais un moment il faut casser le flou et faire des plans, et notamment parcequ’on est contraints par une fin programmee de ce voyage ! On a fait ca hier. C’est excitant ! On charge un google maps, Skyscanner, on trace des lignes, on calcule des distances, on prend en compte l’arrivee d’un copain pour rouler ensemble, la presence d’un autre dans telle ou telle ville etc… Et a la fois il nous faut rester simple pour voyager a velo: aller d’un point A a un point B. Excitant !

Au milieu de l’apres midi, une rumeur venue d’un touriste de l’auberge parvient aux oreilles de Sylvain. « Il paraitrait que par voie terrestre, la Thailande n’accorde qu’un visa de 15 jours ! » Confirme apres qq recherches sur internet. On n’a pas le temps de se faire un Visa, un ami doit nous rejoindre a deux jours de velo d’ici dans 3 jours.

On a donc mis tous ces elements dans la marmite, on a touille, et on a sorti une conclusion surprenante. On a un plan ecoutez ca ! On prend le train demain pour Bangkok alors qu’on pensait faire ca en velo. De la ledit « Kems » nous rejoint. On roule au Sud, toujours au Sud, on dit au revoir au copain susnomme, on passe la frontiere Birmane, un jour apres on rerentre en Thailande pour reprendre 15 jrs de visa ! On continue au Sud et on se retrouve a … Kuala Lumpur ! Deux pays non prevus au programme ! On prendra un avion pour Sydney et de la on roule les 1000 km qui la separe de Melbourne. Total: 2500 km a rouler. THE END !

On a trouve une FIN !

Bon, vous voulez des recits de voyage ? Des paysages feeriques ? Des semi-hospitalites magiques ? Des rencontres atypiques ? Vous comprenez toujours pas le titre du l’article ? Okay on y va pour 5 jours de route.

Les photos en dessous – En bonus pour la maman de Sylvain, Sylvain qui roule avec se chemise toute dechiree. Il a chope un beau coup de soleil comme ca !

La video: http://www.dailymotion.com/video/xu8qjv_un-soir-au-laos_travel

Les photos de Sylvain ici http://s.joomeo.com/5077a9ab54dbb

 

Louang Prabang

Le Laos est un tout petit pays mais qui joue bien du tourisme. A Louang Prabang il n y a que des touristes. Alors comme je l’ai dit dans le precedent article on est vite tentes par le tourisme ! On a voulu savoir ce que ca faisait que de rouler en poussant une manette. Et qu’est ce qu’il y a de plus classe que de se ballader en scooter ? se ballader en scooter en emmenant une jolie Suedoise ! (voir photos de Sylvain). On est alle se baigner dans les chutes du coin (photos de Sylvain), on a mange des sandwiches au poulet, etc … On succombe aux tentations quoi. Mais ca sonne un peu faux. Il faut payer pour tout: se deplacer, dormir, manger, boire, s’amuser … ca donne encore plus envie de profiter de notre vie nomade simple de cyclistes, ou l’argent ne sert qu’a se nourrir, payer des Visas et pas a vivre.

5 Octobre

Nos departs apres nos villes de repos sont de plus en plus tardifs. Il est 16h. la nuit tombe a 18h30. Sylvain (suite…)


km 7200 – Teheran/Mashaad – Invités professionels

Bonjour a tous les lecteurs !

Voila plus d’un mois que je suis sobre. Je suis en Iran.

Mon corps semble l’accepter, mais mon esprit reclame une bonne pinte ou un Tipunch dans un bar, detendu du slip avec mes potes. Mais bon a defaut de la fraicheur d’une biere nous avons goute a la chaleur des Iraniens.

Nous voila a Mashaad, nous avons traverse la moitie de l’Iran en velo ces deux dernieres semaines. Entre deserts et montagnes, nous avons verifie la legendaire hospitalite des Iraniens. Nous sommes devenus des hotes professionels, on a passe notre Master en hebergement et rencontres d un soir, option « on parle pas la meme langue ». Bon on etait avantages avec une guitare, deux harmonicas, les photos du voyage qu on a tirees a istanbul. Mais on a pas mal bosse les sourires, le langage des signes et le Farci.

Treve de generalites, on retient effectivement l’hospitalite qu on a recue sur la route, difficile de trouver un coin isoles dans la nature!

Ci-dessous, les photos, et le recit de ces 1100 km, rythmes par 3 matches de l’equipe de France. Faire de l’internet est ici une bataille, voila deux jours qu’on essaye de mettre a jour nos blogs, entre l’extreme lenteur des connexions, les filtres sur la plupart des sites connus, les ecritures de gauche a droite, et la rarete des cybercafes. Donc on vous montrera les videos la prochaine fois.

Je vous laisse retrouver la correspondance entre le recit et les photos

Nous avons quitte Teheran et nos premiers hotes Mehdi et Mariam le mardi 12 juin. On a choisi comme d’habitude notre route a la tete de notre carte au 1:1.000.000, et sur quelques conseils de Mehdi. Nous ne passerons pas par la Caspienne car trop frequentee, mais par la route qui longe le desert jusque Sharhud, puis nous monterons vers les montagnes qui longent le Turkmenistan, jusque Bojnurd, pour redescendre vers Mashaad. Evidemment tout le monde nous conseille d’aller au Sud de L’Iran, Shiraz, Isfahan, Yazd, mais nous n’avons pas le temps et preferons rouler que d y aller en bus. Comme pour tous les pays, ne ne faisons que les traverser, nous y goutons un peu puis nous passons au pays suivant. C’est un voyage d initiation. Il nous restera toute la vie pour retourner approfondir les pays auxquels nous goutons.

Retour a la montagne

Nous sommes donc partis gaiement apres 5 jours de pause, pensant longer le desert. Mais ca monte gentillement, et ca ne s arrete pas de monter ! Nous ferons 700m de denivelee le premier jour, dans un trafic intense de la sortie de Teheran. En fait on s est diriges vers les montagnes. Le soir, nous plantons nos tentes pres d une riviere apres s y etre fait diriger par un sympathique local. Tranquillement on fait nos pates, on se detend, on rentre dans nos tentes, puis le voila qui revient avec un ami, panique. « Il faut partir ! Pas bon ! Ici bad people ! ». Il nous propose alors de dormir sur le bitume devant la mosquee, a la lumiere du lampadaire ! Comme on tire une sale tete, le jeune qui l accompagnait nous propose finalement d’aller chez lui, ou on se sent bien en securite ! Alors comme partout ensuite, sa maison c’est une grande piece, recouverte d’un grand tapis et c’est tout ! C’est simple et c’est bien ! Apres avoir bu un bon the et fait un peu de musique on s endort tranquillement.

Le lendemain, ca monte encore ! on passe les 2000m ! On ne pensait pas s’y retrouver depuis la Turquie ! On passe Firuz Kuh puis on emprunte une route secondaire beaucoup plus tranquille, qui longe une riviere au bord de laquelle on plante les tentes le soir. Tranquilles, au milieu des milliers de criquets geants qui ont envahi la region. On pense faire une bonne action pour les locaux en en shootant quelques uns dans la riviere. Ce sera notre divertissement du jour. Je crois que c’est ce jour la dans une descente large et droite que j’ai pousse mon record de vitesse a 76 kmh !

Jeudi, on poursuit notre montee, puis on passe un col. 2400 m ! Qui l eut cru. Nos cartent ne donnent aucune indication d’altitude. Notre col record se situait en TUrquie a 2430m. Puis vient la belle redescente vers le desert a 1000m. 15km de descente, a observer les belles montagnes arides autour. On se fait controler par les flics dans la descente ce qui etait plus un pretexte pour nous rencontrer. Dans le doute, je prefere eviter les flics et les militaires. Souvent sympas mais il suffit de tomber sur un chiant … Des flics, il y en a partout sur la route. Tous les 20km on voit une voiture et un flic qui controle les depassements de vitesses des voitures, et toujours, toujours, un automobiliste qui s est fait arreter a cote.

Tiens puisque je parle des voitures, dedicasse a mes oncles, une voiture sur 5 doit etre une peugeot ici. Et la 206 est la voiture de monsieur tout le monde !

Puis viennent 40 km de plat descendant vers Semnan. 35kmh de moyenne sans forcer, je suis au Paradis des cyclistes. Sylvain est un tout petit point dans mon Retro, je profite de la musique et des paysages

Autre chose sur la route. Les Iraniens sont tellement curieux, il nous arrive plusieurs fois par jour qu’un motard ou un conducteur en plein milieu de la route ralentisse a notre vitesse, ils nous abordent en Persan, tranquillement, juste car il sont trop curieux. On repond dans tous les cas « Farance!' » Puis ils nous laissent tranquilles. On se sent deranges. Encore pire quand ils s arretent devant nous alors qu on est dans l effort en plein milieu d une montee ! Pas moyen qu on s arrete pour taper la discute les mecs !.

Les jours des aires de repos

On repart apres un bon Kebab a Semnan, et une sieste a l ombre des arbres derriere une aire de repos. On est sortis un peu trop vite de la ville et les sacoches sont vides. Plus de pates pour le soir ni de petits gateaux pour les pauses. On pense trouver ca a la prochaine ville, a 27 km sur la carte. En longeant le desert plat il y en a pour 1h30 pas plus. Mais ca monte …. ca monte ! Ca ne s arrete pas de monter ! On nous ramene vers la montagne !! Mais pourquoi ! On paye alors cher notre insouciance. On fait 30 km sans trouver la fameuse ville, on commence a faiblir mais il faut rouler, toujours monter. Allons nous mendier des pates dans une des rares maisons sur le cote de la route ? On fait une pause tout de meme dans l une de ces maisons. Le vieux bonhomme nous invite a decrocher quelques mures blanches de son arbre, ca nous redonne qq forces. Il nous indique un Market un 1 km. On monte encore 5 km sans rien voir. Puis on tombe sur une station service en reparation. Un market dedans, sauves ! Il est tard, on demande ou dormir et le gerant nous invite a passer la nuit dans le batiment a cote ou quelques travailleurs logent. On passe ainsi la soiree avec l architecte et le respo telecoms de la renovation de la station. Evidemment, ils nous invitent a partager leur repas, nous n aurons meme pas a ouvrir le paquet de pates achete juste avant.

6h15 de velo ce jour la, journee intense et complete, mais qui se finit bien ! L apres midi, dans la montee de notre autoroute qui plongeait vers la montagne, nous avons depasse des marcheurs ! C etaient des pelerins Irakiens ! Comme nous ils vont a la force de leurs jambes vers la ville sainte de Mashaad, il y a la bas le tombeau de l Imam Reza.

Le lendemain matin, 15 juillet, nous les recroiserons, ils nous ont redepasses le matin. Ce jour la nous n avons qu un objectif: regarder France-Ukraine qui passe le soir a 20h15. La route descend. Le vent s est leve et on peine a depasser les 20kmh sur du plat. C est penible mais on a deja vecu ca. Le soir, toujours le long du desert, on trouve encore une belle aire de repos ! Il y a des teles et les commercants iraniens fanas de football vont regarder le match eux aussi ! Pour assurer le coup on prend une chambre a 15 euros. Il y a la tele. Le match commence mais la tele de notre chambre crache ! Un responsable de l entretien passe nous changer le decodeur … la tele finit par etre en clair, le match France Ukraine passe bien sur la chaine publique Irannienne, et … match suspendu pour cause de pluie !!! haaaaa !!!! Horrible ! Ascenceur Emotionel ! Heureusement 1h apres le match a repris et on a pris du plaisir a voir l equipe de france mettre 2 buts.

Sur l aire de repos a cote, les tentes ont pousse, en fait c est tout a fait courant en Iran de planter ta tente au milieu de l aire de repos. Si on avait su on aurait pas pris notre chambre. .

Raccourci dans la campagne)ش

Nous reprenons le velo le lendemain pour arriver a Firuz Kuh. Le vent n’a encore pas été clement et la moyenne est descendue a 16kmh alors qu’on est sur du plat. C’est ici qu’on quitte l’autoroute pour prendre au nord vers les montagnes Turkmenes. Le vent se fait encore plus fort l’apres midi et j’enrage a nouveau.

J’ai un probleme avec le vent. La pluie, la montee, le soleil, le froid, je les accepte. Le vent je l’accepte pas. Il est imprevisible. Impossible de dire si il va souffler le matin le midi ou le soir. En revanche si il souffle dans une direction un jour il est rare qu’il se renverse du jour au lendemain. Pas de chance pour nous il est contre nous. On peine a avancer a 14 kmh sur du plat, c’est une epreuve et je suis obsede par le vent. Sans lui que ca monte ou pas la route peut etre agreable, je profite des paysages, je pars dans mes pensees j ecoute la musique. Vent de face tout est noir et j’enrage interieurement. Bref je suppose que j’ai encore a apprendre pour l’accepter et etre en paix avec cet element.

Le soir en essayant d’atteindre un Spot sympa ou on serait tranquilles, on tombe nez a nez avec deux Iraniens qui prennent un the pres de leur petit abri apres leur journee de travail dans les champs. On est invites a prendre leur the. On passe la soiree avec eux. Ils passent des coups de fils. On comprend « Farance » et « Dochalre » (velo) dans leurs conversations. Un ami s’amene ! Puis toute la famille de l’autre ! On partage leur Kebab, on passe une bonne soiree, mais on se couche tard a nouveau alors qu’on avait prevu de se lever tot.

Nous partons le lendemain a l attaque d un nouveau col, contre le vent, a plus de 2000m. On se separe de la route principale pour tenter un raccourci d’une centaine de kilometre. On se retrouve bien plus tranquilles, on passe de magnifiques villages, et le soir on trouve un beau spot pres du lit d’une riviere. Tranquilles enfin ce soir ! Evidemment pas completement, les iraniens sont partout, et on voit defiler tous les paysans ou bergers qui rentrent chez eux pour le soir.

Le 18 juillet nous passons un dernier col vers 2000m. Le midi on dejeune dans un abri avec des agriculteurs. Le vent est toujours de face, mais on sait qu’on va prendre un peu d’angle l apres midi. Et oui, c’est arrive ! on a le vent dans le dos !! Mais rien ne pouvait etre parfait, on debute une piste avec des cailloux gros comme une main, impossible d’avancer a plus de 12kmh (photo n&b avec le camion)!! J’enrage a nouveau !! Mais cette route change quand meme et le paysage desertique  autour est beau. On arrive fatigues dans un village. Il pleut. On cherche un abri. Le marchand du Market nous indique tout naturellement la mosquee du village dans laquelle on passera la nuit.

Le 19 juillet, nous retrouvons la route principale qui va vers Bojnurd. Lors d’une pause, comme il pleut et qu’on s’abritait sous un arbre, la famille d’a cote nous invite a prendre un the a nouveau, avec comme d’habitude tomates, salade, fromage, pain, le tout produit par eux-mêmes. On a l’habitude de se retrouver dans une grande piece sur un tapis a raconter ou on va et d’où l’on vient avec leur quelques mots d’anglais et nos qq mots de Farci. Les filles, il doit y en avoir dans la maison mais elles se cachent pour nous observer ! On discute qu’avec les garcons qui ont tous un meme papa mais deux mamans differentes !

Le soir, meme situation dans un village etape 70km plus loin, mais avec une tele pour voir le match de la France a 23h15 ! Deception, la chaine passe le match Angleterre|Ukraine ce soir la, ce qui nous evite finalement de voir l equipe de France se prendre deux buts d’Ibrahimovitch.

Le jour suivant nous arrivons a Bojnurd ou nous prenons une journee de repos, accueillis par Saeed et sa famille, de CouchSurfing, dont la maman nous prepare les meilleurs repas qu’on ait eu jusqu ici.

Vers Mashaad en un trait

La route a partir de Bojnurd est bien plate. On fait 100km par jour, en 4h30 environ. La moyenne est bonne. La route est bonne mais chargee et le paysage peu interessant. Et le vent dans le dos ! Ces etapes la, ca me fait penser a la voiture sur l’autoroute. Tu fonces sans donner d’effort. Tu peux partir dans tes pensees. Je pilote, je gere les bagnoles, les depassements, j’observe le compteur, les kilometres defilent, un peu comme un grand deplacement en voiture sur l autoroute..

Un de ces piques nique a l’ombre d’un arbre, un episode m’a marque. Les mouchent pullulaient sur la bache, par centaines. Pas moyen de se faire un sandwiche. Sylvain s’est enerve comme jamais contre les mouches, hors de lui pendant 10 secondes. Mais elles ont gagne et on a du se deplacer. Sylvain est un super compagnon de route, on s’entend bien, et on a une bonne complicite. Mais il faut pas le faire chier sur la bouffe, et sur le sommeil. Gare a celui qui va lui gacher son repas ou sa sieste ! Ca le met en rogne le mec. J’apprehende le moment en Asie Centrale ou en Chine ou il faudra se passer de manger pendant une journee. Parlant de ca on mange enormement je crois. Quand on est invites on est toujours les derniers a continuer de bouffer du pain avec n importe quoi pendant que nos hotes nous regardent ! Marrant ! Mais il nous faut bien nos calories journalieres non ? l.

Arrives le 23 a 60km de Mashaad dans une grande ville, nous avons la nouvelle mission de trouver une tele pour regarder France-Espagne. Ils vont peut etre nous faire rever ce soir ! Mission plus compliquee que la derniere fois dans une grande ville. Un moment ou on demande des informations a des locaux et qu’un groupe de curieux s’est forme autour de nous, un bonhomme s’arrete en voiture, ils nous dit « c’est bon venez chez moi ». Youpi ! Comme la tradition hospitaliere l’exige il nous prepare le the et le repas. On se fait engueuler quand on essaye d aider. Et on regarde la pietre prestation des Français sur sa tele en compagnie de ses deux potes aveugles. Tout ca pour ca !

Mashaad

Voila, nous sommes arrives a Mashaad, accueillis par Amir et Homa de CouchSurfing. Ils nous recoivent royalement dans leur bel appartement, et ont a cœur de nous faire visiter leur ville et decouvrir leurs amis. Ils sont tous les deux professeurs de Francais, et parlent donc parfaitement notre langue, on peut converser plus que d habitude. Merci a eux !..

Et voila. Mon compteur affiche 7200 km maintenant. Nous apprehendons comme toujours demain d’aller a l’ambassade Turkmene ou on espere recuperer nos visas, pour pouvoir entammer une nouvelle partie du voyage, l’Asie Centrale !

Bises a tous, merci pour vos nombreux commentaires qui me donnent envie de continuer ! Merci pour vos appreciations sur le blog et a chaque articles.


15-23/05 – 5100km – 4 murs et un toit

Meraba !

Premier jour sans rouler depuis le 9 mai qu’on quittait Ankara ! Nous sommes a Trabzon et les velos sont poses chez Cirhan un contact trouve par le celebre Gurkan dont je parlais dans le dernier article.

Nous faisions le detour par Trabzon pour obtenir en une journee, comme indique dans tous les forums de voyageurs, le visa Iranien. Et c’est chose faite ! On a notre premier visa ! 30 jours en Iran !

Boouuuuouu on va aller chez les mechants Iraniens qui font des bombes et qui s’embrouillent avec tous les gouvernements ! Mais nous les amis, on est pas la pour se meler de geopolitique, on va voir un beau pays et rencontrer ses beaux habitants dont tous les voyageurs nous ont dit tellement de bien ! Notre premiere rencontre Iranienne  a d’ailleurs  ete cette tres aimable receptionniste du consulat, et donc vivement l’Iran !!

D’ici la il nous faut remonter de la mer a 2000m d’altitude, puis tracer a l’Est sur 600 km environ.

Mon dernier article datait de la Capadoce le jour de mon Anniversaire. Voila donc le recit des 10 premiers jours de ma 28e annee, et toujours les photos en dessous.

Mercredi 16 mai – La boue

On part le matin de Urgup, on quitte la Capadoce touristique et habitations troglodytes, on reprend notre 2*2 voies sur les plateaux.

On arrive a Kaysehir apres 60 km, la pluie commence a tomber. On fait une petite mauvaise rencontre de deux Ados qui nous parlent sans chercher a se faire comprendre, on dirait qu ils cherchent juste a se moquer de nous et essayent de nous impressionner. Ca suffit pour se sentir mal a l’aise dans une ville.  C’est parfois fatiguant d’etre une curiosite dans les regions non touristiques, notamment en ville.

On traverse cette ville de 1 millions d’habitants et on retrouve notre nationale qui traverse la campagne. Il y a plein de maisons en constructions pas loin de la route ! Les spots parfaits quand il fait moche. Tout ce que je demande c est 4 murs et un toit, donc une maison en construction ! Il faut passer ce petit chemin boueux pour parvenir a celle qu’on vise. Au bout de 30m les velos n’avancent plus, cette boue c est pire que de l argile ! Et le garde boue n a jamais aussi bien porte son nom !

Une bonne femme nous fait signe depuis sa maison en construction (une autre que celle qu on visait). Elle nous invite a y passer la nuit. Genial. On echange un peu puis elle part chez elle. On passera 1 heure a decrasser les velos. On a connu la pluie, le vent, les orages, on a maitenant un nouvel ennemi de qui se mefier, la boue.

85 km

Jeu 17 mai

On poursuit sur notre grande route Nord-Est. Le temps est nuageux toujours. On aura fait 80 km en 3h30. On plante les tentes ce soir la, en hauteur sur la route face a une belle vue. Les minarets des villages alentours nous berceront.

Ven 18 mai – Le football pour rencontrer

Il fait grand beau ce matin, ca donne envie de rouler ! En fin d aprem apres 100 km  on arrive a Sivas, grande ville plus accueillante que Kayseri.

Alors on tente le plan Guitare Harmo sur la place principale en esperant faire des rencontres et peut etre se faire inviter. Le plan est gache par une bande de gosses touches a tout, qui cherchent plus a impressionner les copains en nous parlant en Turc, qu a communiquer reellement avec nous. J’en reviens a cette fatigue d etre une curiosite publique en ville. On ressort de la ville bredouilles.

Derriere Sivas, avant de plonger dans les montagnes, il y a une petite zone industrielle au beau milieu de laquelle une grande et belle mosquee est en construction. Les maisons en construction j aime bien moi ! Alors on demande au gardien si on pourrait y poser nos matelas gonflables. On s est mal compris et il nous pose dans un garage a cote de la mosquee. Pas grave, on est fatigues et 4 murs et un toit c est toujours parfait.

Dehors pas loin, il y a 4 jeunes et un vieux qui font tourner un ballon. Ils me semblent etre des ouvriers en pause. Je suis pris d une envie de jouer avec eux. En m’approchant ils nous devisagent bizarrement. La rencontre n est pas gagnee et je me sens un peu bete. Qu est ce que 3 touristes viendraient faire par ici.’ Petit a petit ils comprennent qu on veut juste un peu jouer avec eux, on se fait des passes de foot. D autres ouvriers debarquent du barraquement derriere. On finit par faire une grande partie a 5 contre 5 ! Faire du Foot c est communiquer ! Jouer ensemble, faire du sport ensemble ca cree des liens ultra rapidement pas besoin de parler ! A la fin de la partie on est tous amis, et hop on est invites a prendre un the dans le barraquement, tous autour de la table a parler de voyage, de travaux et de football.

Ce sont en fait des ouvriers de la fameuse mosquee en construction ! ils ont fini leur journee. Ils sont tous venus d un petit bled de turquie pour faire les facades de cette mosquee, et sont entasses dans ce petit barraquement en bois, dont nous pourrons meme utiliser la douche rudimentaire !

On rentre se coucher dans notre garage ravis de cette belle rencontre inattendue au milieu d une zone industrielle en apparence triste, provoquee par une simple partie de foot.

Sam 19 mai – Un bon Raki pour communiquer

Le lendemain les travailleurs nous permettent de monter les prendre en photo a l oeuvre. On se serre tous chaleureusement la main, on reprend la route et eux leurs facades de mosquee.

Vent tres fort de face ce jour la. Avancer sur du plat, meme en descente est penible. On arrive en fin d apres midi a Zara ou on fait plein de petites rencontres, on se fait offrir des thes. Avec la vingtaine de mots turcs qu on connait, notre bonne pratique du mime (on finit par connaitre les mimes qui marchent a tous les coups pour se faire comprendre), je trouve qu on arrive bien mieux a communiquer avec les gens. Et puis les conversations sont toutes les memes les 10 premieres minutes. On parle voyage, d ou on vient, ou on va, quel age on a, notre metier, leur metier, et puis  »Sarkozy Finish ».

En sortie de la ville il est temps de chercher un Spot ou passer la nuit. Ce soir ce sera camping ou un toit ? Trois bonhommes nous font signe pres d une petite maison/Cabane. C est en fait la maisonnette de week end d un des trois. Ils passent la soiree ici, puis ils rentreront chez eux et on pourra passer la nuit tranquillement dans cette maison !

Mais ils sont bien la pour passer du bon temps ! Il n y a plus de Raki ? Pas grave ils partent en chercher une autre ! Ils se torchent sous nos yeux, et nous on essaye de ne pas accepter tous les verres proposes. heureusement le troisieme est net pour les racompagner. On jour un peu de musique. Belle rencontre une fois de plus !

Les turcs nous offrent beaucoup, souvent difficile de refuser ! Mais des qu on veut leur offrir n importe quoi, un petit gateau ou une gorgee de jus de fruit, ils tapent trois fois sur leur poitrine en signe d’humilite et refusent. Pas evident a gerer ! Ils n acceptent rien ! Mais du coup j ai capte le truc pour refuser a mon tour, je tape trois fois sur ma poitrine et ca marche pas mal.

Dimanche 20 mai – L Hospitalite traditionelle

Le matin on a un col a monter. On monte 800m jusque 2010m ! Souvenez vous le lautaret c etait a 2100m ! On redescend dans la journee jusque 790 sachant que le lendemain on a un autre col a 2200m a passer ! Gloups !

En fin d apres midi, alors qu on roule, des orages eclatent, les eclairs fusent autour de nous ! Alors bande de rigolos tranquilles dans vos maisons dans vos grandes villes, qui vous amusez de lire ma peur des orages sur mon blog ou celui de Sylvain, venez rouler et voir des eclairs tomber a 300m a cote, ou passer la nuit dans la tente sous la pluie. Les eclairs c est rigolo quand on est bien chez soi.

Bref, vous l avez compris, presses par la meteo on cherche la premiere habitation pour frapper a la porte. On tombe nez a nez avec un petit village.  »Problem Yok », on pourra dormir dans la mosquee, a condition d enlever nos pompes et de ne pas y boire d alcool !

Apres 20 mn, une fois nos affaires rangees ds la mosquee, Un bonhomme debarque dans le village, peu souriant. Ca semble lui poser probleme qu on nous ait loges dans la mosquee. Il nous indique un hotel a plusieurs km, il est a cote de la plaque. Il se revele etre de la police, c est le gendarme du coin quoi, et il semble vouloir affirmer son autorite. Il controle nos passeports et nous pose trop de questions. Les villageois nous defendent expliquant que ce sont bien eux qui nous ont invites a dormir dans la mosquee. Je finis par comprendre son probleme qu il explique aux villageois  »Mais pourquoi ces connards de riches francais, dont deux ingenieurs, et un qui s est paye un voyage au vietnam en 2006, viennent dans votre petit village demander l hospitalite ? » Enfoire va. Nous on demande juste 4 murs et un toit pour la nuit. Il fera meme venir des soldats armes pour tenter de parler anglais avec nous. Finalement les villageois assurent qu ils nous invitent bien, et tout ce petit monde en uniforme s en va.

Ce petit village est tres traditionnel, on vient nous apporter un petit repas, du the et on discute avec les hommes dans la mosquee, on leur montre nos photos etc … Je tente de parler a la petite fille curieuse qui etait la aussi, le vieux me fait remarquer que ca ne se fait pas. Bienvenue dans la Turquie profonde !

Lun 21 mai – 1900m de denivellee

On a un col a 2200 a monter aujourdhui ! On part a 8h30 et … on descend ! Puis on remonte 400m, puis on redescend 400m ! Horrible !

Ce sera finalement 1900 de denivellees dans la journee, on a atteint ce beau col dans les alpages turcs ! Et contre le vent s il vous plait ! Il ne manquait plus que la pluie et les orages pour completer le Combo Montee/Vent de Face/Pluie/Orages mais ces derniers sont tombes apres qu on se soit arretes dans une petite pension pour la nuit. On a fait 56km a 4h50 ce jour de col !

Une petite video, enfin, ici ! http://www.youtube.com/watch?v=npAxBQaWBco&feature=youtu.be

Mardi 22 mai – Poisseux du vent

La descente ! On passe de 2000 a 0 m aujourdhui ! On va voir la mer noire. Les 20 premiers km sont geniaux, et meme pas besoin de freiner avec le vent de face ! Apres ca se complique, le vent est toujours de la partie et la pente moins forte. Elie dit ce jour la   »On est vraiment poisseux du vent ». J acquiesce. Mais avec Sylvain commence a bien maitriser notre technique du relai. Quand l un est bien repose il fonce attaquer le vent pour soulager l autre qui va prendre sa roue, etc… etc… On peut ainsi se reposer la moitie du temps.

On retrouve enfin la cote et on termine notre journee a 125km, 26kmh de moyenne. On trouve a planter nos tente entre deux habitations, au bord de la route sous le bruit des camions. Le voisin est sympa et nous offre des thes et un excellent pain.

Mer 23 mai – La justice des elements

On longe la cote pour atteindre Trabzon, la fin de cette grande etape depuis Ankara ! On pourra y passer deux jours de repos chez un contact donne par Gurkan, cette Star ! Le but etant principalement de recuperer le Visa Iranien.

Apres la premiere pause du matin, un vent enorme se leve, au moins 40kmh, les buissons aux alentours se courbent ! Attendez ! Il va dans notre sens ! Vers l Est, Youpiiiiiii. On enfourche les velos, on cale de la transe dans les oreilles, je crie  »SORTEZ LA GRAND VOIIILLE » comme a chaque fois qu on prend le vent dans le dos, puis on file. 35kmh tranquille ! Il y a une justice du vent finalement !

Alors attention les amis, le vent dans le dos, ca ne veut pas dire qu il te pousse ! Ca veut dire que tu vas a sa meme vitesse, donc qu’il n’y a aucun vent. On file a 35km/h sur du plat, 45 en descente legere, on vole. Ca donne donc un apercu de faire du velo dans l espace en somme.

Sur ces reflexions mecaniques, je termine mon article, enjoy les photos, pour nous encore une dizaine de jours dans les montagnes turques, puis l Iran en Juin !


3-15/05 – 4500 km –  » En Turquie, pas besoin de demander, il suffit d’attendre  » (Sylvain, 13/05/12)

Hello !

Aujourd’huı est mon annıversaıre ! Et pour mon Annıversaıre ıl m’a ete offert une journee sans pluıe (pour le moment, ıl est 16h), des paysages lunaıres (on est en Capadoce), et un colıs de ma famılle que j’avaıs recupere a Istanbul et que j’aı enfın pu ouvrır ce matın !!
Mercı a tous ceux quı m’ont ecrıt un maıl, a tous ceux quı ont mıs un mot sur mon Wall, et tous ceux quı lısent ce blog et quı savent pas plus que ca que c’est mon annıversaıre.

Je ressors mon petıt carnet de voyage et je me lance dans le recıt de ces 10 dernıers jours depuıs Istanbul le 2 maı ou nous etıons arrıves avec Sylvaın au mılıeu du trafıc (un seul f a trafıc en Francaıs ! J’aı ete corrıge par mon pere apres mon dernıer artıcle) de cette vılle de 15 mıllıons d’habıtants.

3 Maı – 7 Maı – Istanbul
Comme a chaque arrıvee dans une vılle, ıl y a 50 choses a faıre avant de s’y sentır pose. Internet, Lessıve, cartes a des famılles quı nous ont accueıllıs etc … Le soır, on retrouve Alıce et Andrea quı ont prıs un petıt bout de bus la veılle, et egalement Elıe quı avaıt pu rejoındre les grenobloıs sur la route entre Thessalonıque et Istanbul. Nous prenons des verres.
Le jour suıvant on faıt un peu de vısıste de la vılle, je recupere le colıs envoye dans un relaı dans le vıeux quartıer par ma maman ! J’attendraı le 15 maı pour l’ouvrır et je le transporteraı par dessus ma guıtare. Il y a toujours de la place en hauteur ! On retrouve les Grenobloıs le soır.
Le lendemaın ıl nous faut trouver un nouveau logement . Nous errons dans la vılle en poussant nos velos de 50 kgs et sous le soleıl. Alors comme on a envıe de se detendre, on sort la guıtare et l’harmo pres de la tour Galata. Avec les velos, nos tronches barbues, la musıque, et mes slıbards quı sechent sur mes sacoches, la sauce prend ! On se faıt 35 TL (dıvıser par deux pour obtenır les euros) en une heure ! Ca faıt beaucoup de Kebabs ca !

Les jours suıvants on a refaıt de la musıque place Galata avec les Grenobloıs en gagnant toujours un peu de sous pour manger, on est alles voır les resultats de l’electıon a l’ambassade de France, on a change deux foıs de logement, et on est vraıment fatıgues de la vılle. Mes jambes me demangent, l’aventure est sur la route ! Pas de probleme de logement sur la route !

Lundı 7 maı, nous passons une dernıere belle soıree, Sylvaın, Elıe, Alıce, Andrea, les 3 grenobloıs et moı. Nous sortons du bar a 3h  et nous voulıons nous lever tres tot le lendemaın pour prendre un bus pour Ankara. Pourquoı galerer une nuıt de plus ! On prend nos velos et on fıle dans le trafıc a 4h du matın, vers l’otogar chercher un bus. Au revoır ıstanbul !

8 Maı-10 Maı – Ankara – Debut des Galeres de Vısas

Parıs-Australıe a velo en 10 moıs c’est tendu. Il y aura forcement des moments ou on prendra les transports en commun. Reste a choısır ou. Pour s’avancer un peu, et pour evıter la sortıe d’Istanbul, et parceque on voulaıt passer par la Capadoce, on a prıs le bus jusque Ankara. Sylvaın, Elıe, et moı. On n’a pas dormı de la nuıt j’aı passe les 7h a dormır dans ce bus.

On est surtout passes par Ankara pour faıre la demande de Vısa Ouzbeque. Sachant qu’on ne peut obtenır qu’un Vısa de transıt de 5 jrs au Turkmenıstan, ıl faut au prealable leur presenter le Vısa Ouzbeque. Le plan est le suıvant, accrochez vous: A Ankara on lance la demande de Vısa Ouzbeque. On demande a le recuperer a Teheran. A trabzon on faıt faıre le Vısa Iranıen, ca devraıt prendre 2 jours.  A Teheran on recupere le Vısa Ouzbeque, puıs on lance la demande de vısa Turkmene. On demande a le recuperer a Mashad. Aınsı sı tout ce plan se passe bıen on n’a pas a attendre une semaıne dans une vılle pour chaque Vısa.

Le lendemaın on se poınte a l’ambassade Ouzbeque a Ankara pour lancer le plan. Fermee. Le 9 maı est un putaın de jour Ferıe la bas ! On attendra un jour de plus.

Ca nous permet de rencontrer Gurkan, membre du reseau Warmshower (reseau d’hebergement entre cyclıstes) que Sylvaın avaıt contacte qq jours plus tot. Le mec a faıt Turquıe/Japon en un an ıl y a un an. En rentrant, ıl a passe l’annee a cultıver son voyage. Son Busıness c’est donc de vendre du reve. Comme nous maıs en etant paye pour ca quoı. Et effectıvement, le mec est une STAR en turquıe, et au Japon ! Il a faıt des emıssıons teles, la une de pleıns de magazınes, tous les cyclıstes de turquıe veulent le toucher. Il prepare en ce moment un nouveau voyage, tout sponsorıse, de 7 ans autour du monde ! On pourra le suıvre au metre pres avec une puce qu’ıl aura sur luı. Holy Shıt ! On a rencontre une star. Voıla une nouvelle belle rencontre, quı nous donne un poınt de vue sur un nouveau type de voyage a Velo !

http://gurkangenc.blogspot.com/

Maıs surtout, ıl nous a emmene chez des amıs a luı pour nous heberger un soır. Levent et sa femme, jeune couple d’une trentaıne d’annee quı nous ont accueıllıs comme des roıs dans leur bel appartement des hauteurs d’Ankara, totalement a notre servıce ! On retrouve l’hospıtalıte turque partout ! On a passe une belle soıree.

Le lendemaın, on peut enfın repartır ! apres 10 jours de vılle je veux reprendre l’Aventure ! C’est sur la route que ca se passe ! Dırectıon: La cappadoce ! Premıers coups de pedale en sortant de chez Levent et … un orage pete ! Youpı ! On attend qu’ıl passe et on repart sous la flotte, apres dıx jours passes en vılle en pleın soleıl.

Sur la route de la Capadoce

Jeudı 10 maı

On part donc sous la pluıe, en ce debut d’apres mıdı. Les chıens sont de retour, on se faıt courser une foıs ou deux. Je ne perds pas mes bons reflexes, j’aı maıntenant toujours 3 caılloux dans la poche. On faıt 40 km puıs on cherche a s’abrıter pour la nuıt.  On passe devant une Ferme/Maıson. On explıque au jeune  quı etaıt la qu’on cherche a s’abrıter pour la nuıt. Reponse:  » No Problem  ». Pas besoın d’ınsıster ! Ils nous offrent le the, un dıner, et le lendemaın un excellent dejeuner. 2 garcons et 1 fılle dans cette famılle de 5. Le papa est garde forestıer et le jeune de 22 ans quı nous a accueıllı est dans l’armee.

Ven 11 maı

Depart sous la petıte pluıe. Le cıel est couvert. La couverture de survıe pretee par Sylvaın ıl y a deux moıs, que je me suıs maıntenant approprıee, permet de proteger ma guıtare et la polaıre sur mon porte bagage arrıere. La route en turquıe est bonne, elle est large, une bonne bande d’arret d’urgence, ıl y a peu de trafıc (un seul F les gars !), les paysages de plateaux (on est a 1000 m en moyenne) sont jolıs, ca monte tranquıllement et ca descend tranquıllement. Donc c’est chouette, un peu monotone, maıs ca avance bıen et j’aıme ca.

Au sortır de Bala, rassasıes d’un bon Kebab, deux charmantes lyceennes peu tımıdes nous font sıgnes de venır les rencontrer ! On dıscute 5 mn, le temps de quelques photos et quelques bıses et on peut repartır pleıns d’energıe posıtıve !! La route reserve toujours de bonnes surprıses !

Le soır on s’arrete pres d’un arret pour camıonneurs ou le tenancıer nous offre deux bons paıns et evıdemment un the ! On campera pas loın.  J’apprecıe a la tombee de la nuıt le chant des mınarets des 3 vıllages autour de nous. Depuıs qu’on est arrıves en Turquıe je n’arrete pas d’apprecıer ces chants 5 foıs par jour.

Sam 12 maı

Apres un the avec les tenancıers du petıt bar sur la route ( je saıs pas comment appeler ca, une petıte buvette quı sort de nulle part sur la route, ou tout les camıoneurs passent prendre un the (voır photo en NetB avec le the)  ), on reprend les velos.

On refaıt une journee de 75 km. On s’arrete pres de Kırshehır, accueıllıs par le patron du restaurant que Gurcan, cette Star, avaıt prevenu deux jours plus tot. On nous offre un bon repas.

Bon je le dıs avant que Sylvaın et Elıe l ecrıvent sur leur blog pour se foutre de ma moı. Cette nuıt la j’aı mıs mon matelas et mon sac de couchage dans les chıottes du restau quı etaıt la seule pıece ouverte, pour ne pas camper dehors dans le jardın sous l’enorme orage quı passaıt. Mauvaıse ıdee, l’eau goutaıt du plafond.

Dım 13 maı

On decıde d’avancer pour prendre un peu plus le temps une foıs arrıves en Capadoce. On faıt nos 94 km en 4h37. (une pause tous les 20 km envıron). Le soır, on voıt un beau Spot pres de la rıvıere pour dormır ou quelques turcs pıcnıquent.

Maıs on a oublıe de recharger nos bıdons d’eau pour le bıvouac et pas de vılle avant 10 km. On se dıt qu’on tente d’y aller en comptant squatter un peu d’eau aux gens. On dıscute un peu avec un groupe, puıs le deuxıeme, ce sont des famılles venues pıcnıquer pour le soır. Puıs on part planter nos tentes.

En partant, ıls nous donnent au total : deux foıs 5L d’eau, troıs yahourts , 10 aıles de poulet grılles, du boıs pour le feu, 2 paıns. On aura jamaıs eu autant de ressources pour camper ! J’en profıte meme pour faıre un brın de toılette avec 2 Lıtres d’eau puısqu on en a en trop !

Et c’est ce soır la que  Sylvaınconclut : ‘ EN TURQUIE, PAS BESOIN DE DEMANDER, IL SUFFIT D ATTENDRE’  Bravo mon garcon.

Lun 14 Maı

On entre sous la pluıe dans la Capadoce tourıstıque, avec toutes ces formatıons extraordınaıres, les chemınees de fees trouees d’habıtatıons troglodytes. C’est jolı. Tres tourıstıque. On rencontre enormement de francaıs. On croıse des tonnes de bus de tourıstes. Les turcs qu’on rencontre savent parler Anglaıs ! Maıs on est des tourıstes parmı les autres ıcı. Les rencontres avec les turcs sont moıns authentıques.

Cela dıt ca permet de faıre les fıers sur nos velos. On attıre la curıosıte parmı les tourıstes, et on peut se la peter en dısant ‘ Et ouı sımples humaıns , on a faıt tout ca en velo ! 4500 km a travers l’europe !  ‘ Evıdemment on evıte de parler du Bus Istanbul-Ankara. Bref ce sont toujours des petıtes rencontres sympas, avec beaucoup de Francaıs, Canadıens, Amerıcaıns etc …

Ah ouı, qqch a change depuıs qu’on est arrıves a Istanbul: on ne peut plus dıre qu’on va a Istanbul ! C’etaıt plus facıle en Europe de dıre ca car le trajet etaıt facıle a concevoır, et ca reste un beau but. Sı la conversatıon traınaıt on fınıssaıt par parler du verıtable but du voyage.  Maıs maıntenant on dıt qu’on va ‘en chıne !’ J evıte toujours de dıre australıe psq d’une part je saıs toujours pas comment je rejoındraı ce pays depuıs la Chıne, et d’autre part ca evıte la reactıon/blague systematıque quı est de se demander comment passer la mer a velo ! Donc maıntenant, on dıt qu on vıent de France et qu’on va en Chıne. Youpı !

Le soır, on s’enfonce un peu dans la vallee de chemınees de fees de Goreme, et on se trouve une petıte habıtatıon Troglodyte dans la roche ! Un bel abrı ou on a passe notre dernıere nuıt.

Mar 15 maı

Reveılle dans notre trou de roche par les ‘joyeuux anıııııverssaaaaııre’ de mes deux compagnons de voyage ! J’aı putaın de 27 ans ! Dans 3 ans j’en auraı 30 !!! Holy Shıt ! Maıs je vous le dıs mes amıs, sı je boucle ce voyage et que je suıs de retour a Parıs Fın Decembre, je seraı bıen plus sereın pour la suıte de ma vıe. Ce putaın de voyage de transıstıon a faıre dans ma vıe, ce sera faıt ! Par contre j’en referaı surement d’autres. Maıs Hola Pıerre tu veux encore tout faıre ta vıe en avance ! Okay je me calme et je profıte de mon voyage.

Ensuıte, j’aı ouvert mon paquet cadeau, celuı recupere a Istanbul que je me trımballe depuıs 10 jours (photos) ! 1,5 kg au moıns ! Et pas la moındre ıdee de ce que mes parents avaıent pu mettre pour un voyageur a velo. Et bıen le meılleur cadeau du monde tout sımplement ! Une carte, 3 Toblerones, 21 mını Mars, 4 bouquıns (En francaıs !), et un harmonıca Blues en Do ! Mercııı ! Avec Sylvaın on va pouvoır faıre des duos d’harmo ! On deja bouffe un toblerone et la moıtıe des Mars.

Et donc, on se faıt aujourdhuı une journee tranquılle a vısıter, petıtes ballades et artıcle de blog dans ce lıeu tourıstıque. Ce soır j’espere bıen qu’on se retrouvera un petıt abrı dans un trou de roche !

Enjoy ces photos depuıs Istanbul jsq la Capadoce.

Bıse et mercı encore pour toutes vos attentıons. Dıffusez le Blog !

PS pour un autre poınt de vue sur l aventure, d autres photos et la vıdeo de mon reveıl d annıversaıre allez sur les blogs de Sylvaın et Elıe ! En lıen sur la barre de droıte.

Un dernıer petıt mot pour feter un bon annıversaıre a ma tantıne egalement !

Pıerre, 27 ans.